viande de lapin

Peu calorique, le lapin fait partie des viandes excellentes pour la santé. Avec un apport important de protéines, de vitamines et de bons lipides, le lapin offre une solution intéressante pour diversifier les viandes blanches. Une idée pour changer du sempiternel poulet !

Le lapin, une bonne viande pour le cholestérol

Contrairement aux viandes rouges, le lapin, comme le poulet, contient une dose très raisonnable d’acides gras. Nous savons qu’il est conseillé de ne pas se nourrir de viande trop souvent, car l’apport de ces acides gras est mauvais pour la santé. Trois quarts des acides gras du lapin sont de l’acide palmitique. Celui-ci présente quelques vertus significatives. Il permet de favoriser la résistance à l’insuline. Associer l’acide palmitique et l’ acide linoléique , très présent dans le lapin, permet d’atténuer le taux de cholestérol. Il est également prouvé que les lipides du lapin ont un effet hypocholestérolémiant, c’est-à-dire qu’il y a plus d’acides gras qui diminuent le taux de cholestérol dans le sang que d’acides gras qui l’augmentent. Si le lapin est une viande peu riche en acides gras saturés, il contient 35 % d’acides gras mono insaturés. En plus de faire diminuer le cholestérol, ces acides gras ont un effet bénéfique sur la santé dans le sens où l’acide oléique qu’ils contiennent permet de diminuer certains risques de pathologies comme le cancer du côlon, les thromboses, l’athérosclérose ou encore les maladies cardiovasculaires. Au sein des acides polyinsaturés du lapin, nous trouvons aussi l’acide alpha-linolénique. S’il favorise une réduction du risque de maladies cardiovasculaires, il peut aussi atténuer les effets néfastes d’une tension élevée.

Du lapin pour un apport de protéines
À l’image du porc ou du poulet, le lapin constitue une viande riche en protéines. Chaque portion de lapin contient environ 20 % de protéines. Il est conseillé d’apporter à son organisme entre 50 g et 90 g de protéines chaque jour. Les valeurs protéiques du lapin, ajoutées aux calories limitées de cette viande, en font un mets très positif pour la santé. Quant aux acides aminés, le lapin s’avère également très intéressant. Il existe 9 acides aminés essentiels. L’organisme ne synthétisant pas ces acides aminés, il est nécessaire d’en apporter régulièrement via l’alimentation afin d’assurer son bon fonctionnement. Et le lapin contient chacun des 9 acides aminés indispensables. La chair du lapin possède notamment une dose importante de leucine, de lysine, d’histidine, de thréonine et de phénylalanine. Ces propriétés sont bénéfiques à la fois pour la croissance et pour le renouvellement des cellules. Et si vous pensez perdre tous ses avantages à la cuisson, détrompez-vous ! Non seulement le lapin conserve la qualité de ses protéines mais la cuisson au four permet aussi de réduire le taux de lipides à hauteur de 3 % environ.

Le lapin, une viande vitaminée

Le lapin n’est pas seulement une viande diététique. Il regorge aussi de vitamines à commencer par les vitamines B3. Celles-ci facilitent la production d’énergie. Ces vitamines contribuent également à notre croissance et à notre développement en participant à la formation de l’ADN. Le lapin contient aussi beaucoup de vitamines B6. Fabrication de neurotransmetteurs et de globules rouges, transformation du glycogène en glucose, participation à la constitution de cellules nerveuses… Ce type de vitamine, également connu sous le nom de pyridoxine, facilite notamment le transport d’oxygène et un système immunitaire performant. Source encore de vitamine B12, de vitamine B5 et de vitamine B2, la viande de lapin possède d’autres qualités nutritionnelles. De l’entretien des cellules au développement des tissus en passant par la fabrication d’hormones et de globules rouges, ces vitamines sont très utiles au bon fonctionnement du corps humain.

Les minéraux et le lapin

Si le lapin constitue une source notable de fer et de zinc, il se démarque surtout par sa grande teneur en phosphore. Avec 200 mg de phosphore pour 100 g de lapin, le lapin revêt donc encore de bonnes surprises. Car il faut savoir que le phosphore représente le second minéral de l’organisme. Le phosphore est notamment très important pour la croissance et l’entretien des os et des dents. À noter, pour terminer, que le lapin est aussi chargé en sélénium. Cet antioxydant est très recherché par les amateurs de sport. En effet, ce minéral parvient à supprimer les peroxydes néfastes provenant de la respiration cellulaire pendant l’effort physique.